La construction

L’HISTOIRE D’OTTAWA

PROBLÈMES ET DÉFIS : La partie de la population travaillant dans la construction à Ottawa est beaucoup moins importante que dans le reste de la province. Il existe six professions réglementées dans la construction qui réclament une certification obligatoire pour travailler dans ce métier : plombier, électricien, tôlier, mécanicien de réfrigération et d’air climatisé et technicien gazier/technicien de brûleurs à mazout. Ces emplois sont bien pourvus, cependant plus d’emplois sont créés qu’il n’y a de main-d’oeuvre disponible. En particulier, il y a une réserve inappropriée de métiers de la construction et d’aides de corps de métier et de manoeuvres en construction.

Le travail de construction évolue, des nouvelles constructions aux grands projets de réhabilitation, et aux constructions écologiques/durables. Les ouvriers qui ont des compétences techniques appropriées manquent quelquefois de formation dans les compétences essentielles. Depuis que le travail de construction a évolué des nouvelles constructions vers de gros projets de réhabilitation, il est nécessaire de sensibiliser les apprentis au travail dans un environnement commercial/professionnel. Cependant, l’apprentissage est en perte de vitesse.

La planification des successions est l’un des défis critiques, car de nombreux entrepreneurs indépendants prennent leur retraite. La plupart des entreprises de construction sont de petites entreprises ; la plupart des ouvriers en bâtiment sont soit des entrepreneurs indépendants, soit des micro-entreprises employant moins de 5 employés (par exemple, 57,4 % des entreprises de la construction immobilière, 41,6 % de celles du génie civil et du génie civil lourd, et 50 % de celles des corps d’état de second-oeuvre ont de 1 à 4 employés).

SOLUTIONS POTENTIELLES : Afin de réduire les problèmes d’offre de travailleurs, l’apprentissage doit devenir plus lucratif, en particulier pour les plus petites entreprises. La communauté autochtone représente aussi une ressource sous-exploitée, disponible localement. Peu d’immigrés arrivent avec des références dans la construction, bien que la possibilité de bons salaires dans l’industrie pourrait en intéresser certains. L’offre d’une formation en compétences essentielles et en compétences non techniques dans le secteur de la construction peut aider les travailleurs.

En ce qui concerne la question de la planification des successions, il semble être intéressant de créer un programme qui enseigne l’entrepreneuriat aux propriétaires des petites entreprises de la construction et incluant la planification des successions et la prévision en matière de ressources humaines, l’embauchage et la conservation des employés. Cependant, il faut garder à l’esprit qu’il sera difficile de convaincre les propriétaires de PME de s’absenter pour suivre des formations, même si celles-ci sont subventionnées ou gratuites. Une solution pourrait être de modifier les programmes actuels afin d’ajouter des cours d’entrepreneuriat et de ressources humaines aux programmes actuels de certification des écoles des métiers.

De nouvelles technologies en matière de construction/logement écologiques sont utilisées et, étant donné qu’Ottawa est un centre de technologie, il y aurait des opportunités permettant aux secteurs de la construction et des TIC de collaborer.

POINTS FORTS DU SECTEUR ET ACTIONS POTENTIELLES

sect sum construction f

Cliquez sur les graphiques de cette section pour les agrandir.

Télécharger

Titre: Vue d’ensemble des secteurs clés
Date: Décembre 2011


Télécharger

Titre: Résumés des Secteurs pour tout secteurs clés
Date: Décembre 2011


Télécharger

Titre: Vue d’ensemble du secteur: construction
Date: Décembre 2011