Vue d’ensemble de la population active d’Ottawa

Vue d’ensemble de la population active jeune d’Ottawa

Les jeunes de 15 à 24 ans représentent 13,75 % de la RMR Ottawa-Gatineau (155 480 sur 1 130 760) et 13,9 % de la SDR de la Ville d’Ottawa (113 085 sur 812 130) selon le recensement de 2006. Ottawa a une proportion de jeunes résidents comparable à celle d’autres zones métropolitaines majeures ; par exemple, Toronto (SDR 12,7 %) et Waterloo (SDR 14,1 %).

Les données de Statistique Canada montrent que 48 % des jeunes Canadiens âgés de 15 à 24 ans étaient employés à temps partiel en 2010. Parmi ceux-ci,72,6 % étaient à l’école ; 4,8 % ont déclaré préférer travailler à temps partiel et 20,3 % ont indiqué « d’autres » problèmes (incluant ceux qui n’arrivaient pas à trouver du travail). Entre 2006 et 2010, l’emploi à temps plein agrégé des jeunes Canadiens de 15 à 24 ans (des deux sexes) a diminué de 10,25 %tandis que l’emploi à temps partiel augmentait de 4,5 %.

Les jeunes travailleurs gagnent en général les plus bas salaires. Le salaire moyen horaire des travailleurs canadiens de 15 à 24 ans était de 13,75 $ en octobre 2011, une augmentation de 3,1 % depuis octobre 2010. Les travailleurs ontariens de 15 à 24 ans ont connu une augmentation plus modeste de 2,7 %, passant de 13,05 $ à 13,40 $ de l’heure.

Les parties prenantes ont indiqué que, selon leurs constatations, l’entrée sur le marché du travail des jeunes de 15 à 24 ans est difficile parce que la récession économique récente fait que les personnes nées après la guerre prennent leur retraite plus tardivement. Les données de Statistique Canada ont montré qu’il y avait une plongée de l’emploi des jeunes en 2009. Les possibilités d’étude plus approfondie incluent :

  • L’entrée des jeunes sur le marché du travail semble être affectée par le fait que moins d’emplois sont disponibles pour les jeunes sans formation, ou ceux qui n’ont qu’un certificat de fin d’études secondaires. Environ 15 % de la population d’Ottawa a seulement un certificat de fin d’études secondaires, le pourcentage le plus bas parmi les principales régions métropolitaines de la province. Cependant, les fournisseurs de services et les conseils scolaires évoquent souvent le manque d”emplois destinés aux jeunes qui débutent.
  • Les secteurs comme la construction ont besoin de travailleurs formés, mais l’apprentissage est en baisse. Les parties prenantes signalent peu de mesures d’incitation auprès des employeurs pour qu’ils embauchent des apprentis.
  • Les jeunes de milieux marginalisés – les populations vulnérables – rencontrent des difficultés particulières sur le marché du travail.
  • Les jeunes instruits connaissent aussi le sous-emploi, de nombreux jeunes éduqués finissent par accepter des emplois peu spécialisés, à bas salaires.
  • Les employeurs indiquent que les jeunes employés manquent de certaines compétences particulières ; par exemple : l’écriture, la communication orale, les qualités de chef.

Télécharger la version au format PDF

Titre: Vue d’ensemble de la population active jeune d’Ottawa
Date: Décembre 2011